AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 suspendu à un baiser . lizzie carlyle

Aller en bas 
AuteurMessage
Henry C. Lancaster
Modo
avatar


relations&co..
you are the game`s master ..:

MessageSujet: suspendu à un baiser . lizzie carlyle   Ven 1 Mai - 0:18

    Le soleil, agonisant, semblait flirter avec les toits du tout Londres. Henry admirait le spectacle grisant, avec la delicieuse impression de détenir un secret. Mais n'était-ce pas le cas, finalement ? Le jeune homme était assis, une cigarette coincée entre ses lèvres sans qu'il ne dédaigne seulement en respirer la fumée, sur un tapis en peau d'ours blanc doux et soyeux, qu'il devinait avoir été soigneusement nettoyé le matin même. Il parcouru la pièce des yeux. Les murs, d'un rose très pâle, étaient décorés de peintures qu'il supposait hollandaise, quelque chose du genre. Quelques natures mortes, des coupes de fruits, des fleurs, de ci de là. Mais un tableu, particulièrement réaliste, attira un son atention tout spécialement. C'était un portrait. Un portrait qu'il n'avait que trop eu l'occasion d'admiré par le passé. Un portrait connu de tout memebre de la bonne société qui se réspecte. Ce portrait, c'était celui d'Elizabeth Hannah Lisa Carlyle, l'arrière grandmère de Miss Lizzie. Laquelle s trouvait justement là, tout près, assoupie et à demi nue. Gloups. Henry laissa son regard vagabonder quelques instants sur le corps endormis de la jeune fille, avant de détourner les yeux. Il n'avait jamais été le genre d'hommes à atendre le réveil des jeunes ladies qu'il séduisait. Il profitait, pour son bon plaisir, de leur naïveté. Et puis il partait, sans même laisser de billet doux. C'était devenue une sorte d'habitude perverse, et c'était pour lui chose facile, lui qui ne dormait que par pure obligation. Seulement là, c'était différent. Il n'avait ni bu ni fumé, il n'avait pas usé de stratagèmes enchanteurs ou quoi que ce soit d'autres pour ammener la juene fille à le conduire dans sa chambre. Non. Ca c'était passé, voilà tout, et maintenant, il était trop confus pour pouvoir expliqué quoi que ce soit. A vraie dire, il ne se souvenait même pas avoir quitté Hyde Park. C'était comme s'il avait été prit d'une sorte d'ivresse incontrolable, et qu'il n'avait plus vraiment été lui même pendant un instant. Et maintenant, il avait l'ar d'une sorte d'amoureux transis clandestin et déspespéré. Tout ce qu'il n'était pas - ou n'ésperait pas être. Henry réfléchit un long instant, jusqu'à ce qu'un mégot de sa cigarette enflamée ne vienne s'écraser sur la cuisse onctueuse d'Elizabeth.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth K. Carlyle

avatar


MessageSujet: Re: suspendu à un baiser . lizzie carlyle   Lun 4 Mai - 10:00

    Une faible brulure au niveau de ma cuisse me réveilla. Je n'ouvris pas de suite les yeux, réfléchissant à toute vitesse, tentant de me rappeler des évenements. Hyde Park. Amour. Henry Lancaster. J'ouvris les yeux brutalement et me retrouva face au dandy, l'air perplexe. Il était dans ses pensées. Il cligna des yeux plusieurs fois avant de m'apercevoir et de s'excuser pour le mégot sur ma cuisse. Son sourire en coin lui revint automatiquement. Pourquoi Henry n'était pas parti ? Oui, c'était la question qui résonnait dans ma tête. Car j'avais beau chercher le grand amour en Henry, sa réputation ne m'avait pas échappée, loin de là. Ses yeux brillaient, et mon coeur se mit à s'emballer follement quand il déposa un délicat baiser sur mes lèvres. Je reculais par reflèxe, il haussa les sourcils, mi-amusé, mi-perplexe.
    « Que faites-vous là ? »
    Il sourit de plus belle.
    « Avez-vous déjà oublié, miss Lizzie ? »
    Je rougis, et regarde l'heure. Ohmondieu. J'ai rendez vous avec mlle Sparks dans moins de dix petites minutes, et je suis au lit, avec Henry Lancaster !
    « Je dois partir. » je marmonne à toute vitesse.
    « Cela serait bien malpoli ! »
    « Cessez vos plaisanteries sarcastiques, Henry. C'est sérieux. Je ne suis pas un jouet, que l'on agite à sa guise. »
    « Je le sais bien » murmure t-il.
    « Très bien, dans ce cas, nous nous verrons au bal. »
    Sur ce, je pars m'habiller, laissant Henry Lancaster, l'air désorienté , perplexe, étonné, choqué, seul dans ma chambre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
suspendu à un baiser . lizzie carlyle
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La musique du film: un baiser s'il vous plait
» Kyuhyun dit: "J'ai joué une scène de baiser derrière un chapeau"
» Vidéo :Johnny et le baiser de sharon stone lors d'un de ses annifs
» Arnold Schoenberg (1874-1951)
» [T][P] 08.07.2009 : Mirabilandia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
bαroque ♣ :: RP terminés-
Sauter vers: