AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 un café aromatisé à la vanille; free

Aller en bas 
AuteurMessage
marley iseult baxter
ADMINETTEembras(s)e-moi
avatar


relations&co..
you are the game`s master ..:

MessageSujet: un café aromatisé à la vanille; free   Jeu 2 Juil - 16:45

    dimanche 4 juillet, 10 heures tapantes

    Dès son réveil dans sa petite grange où elle élevait ses somptueux étalons, Sybelle n'eut pas envie de passer sa journée à rester chez elle, au chaud, comme elle le fait habituellement. Aujourd'hui, on était dimanche et c'était le jour du seigneur. Toutes les ladies étaient censées être à la douce église de Londres, un des nombreux exemplaires de la Bible entre les mains et le regard plongé dans cet ouvrage sacré, chantant et priant à tout vas. Sybelle était croyante, contrairement à ce que vous pourriez penser. Cependant, elle n'était pas pratiquante et trouvait stupide de gaspiller chacun de ses dimanches à la messe, les consacrer à Dieu alors qu'elle avait à disposition bien d'autres jours. Elle pensait également que si elle était à ce jour une courtisane, c'était bel et bien le seigneur qui l'en avait décidé ainsi et c'était donc sa faute si elle vivait une vie misérable - avouons bien que son rang n'est pas du plus haut placé.
    Sybelle prit donc le temps de coiffer ses cheveux bruns et secs, presque aussi noirs que le charbon, et entama le long chemin jusqu'à Charing Cross à pieds, abîmant à chacun de ses pas ses nouvelles sandales en cuir brun. Une charrette emplie de foin passa devant elle et entra dans sa demeure, alors qu'elle en partait justement. Mais elle ne rebroussa pas chemin et continua sa route, ignorant son cocher qui l'attendait afin de placer le foin dans sa grange. Après tout, un peu d'autonomie serait la bienvenue. Durant le petit voyage qu'elle entreprenait, elle réfléchit à sa famille. Sa famille qu'elle avait tant oubliée - hormis son frère avec qui elle co-habitait. Les nombreuses disputes familiales éclatant tandis qu'elle n'avait que dix ans ne lui donnait plus aucune envie de contacter sa famille. Sybelle arriva alors à Charing Cross et poussa la lourde porte en fer au-dessus de laquelle de grossières lettres en bronze étaient gravées dans la pierre. Elle entra à l'intérieur du bâtiment et s'assit au comptoir, se joignant à la foule majestueusement assise sur les tabourets près d'elle. Les ragots se formaient autour de nombreuses ladies et l'effervescence était au plus haut. Peu de dandys étaient présents et cela ne déplut pas mademoiselle Ivanov qui ne souhaita pas qu'on la reconnaisse en tant que courtisane. Elle commanda rapidement un café aromatisé au lait de vache - parfum très en vogue en ce moment - accompagné d'une boule de glace à la framboise. Les ladies, généralement, ne buvaient qu'une légère tasse de thé et consacraient la majeure partie du temps passé au salon de thé aux ragots incessants inventés de leur charmante petite personne.
    Soudain, elle sentit de légères gouttes flotter au-dessus de son corsage blanc cassé. Une tache marron, sans doute de moka, se formait nonchalamment. Ses paupières couvertes de maquillage de couleur lila s'ouvrirent et elle découvrit une ombre derrière elle. Elle détourna le regard et aperçut une silhouette inconnue.

      - Pardonnez-moi, très chère. Je n'ai pas fait attention et je vous nettoie tout de suite. Patientez quelques instants et je reviens aussitôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Norah Lou-Ann Richardson

avatar


relations&co..
you are the game`s master ..:

MessageSujet: Re: un café aromatisé à la vanille; free   Lun 13 Juil - 14:10

Ce jour là était un dimanche tout à fait habituel pour la famille Richardson. Norah, unique enfant le Philip et Lynn devait retrouver ses parents au bas des marches de la somptueuse église au creux de laquelle ils expiaient, chaque fin de semaine, par la prière, les pêchés accumulés en silence et dans le plus grand secret, sous leurs chevelures blondes et soyeuses. Mais ce jour-ci, Mademoiselle Norah Lou-Ann Richardson s’était levée, dans ses grands appartements, d’humeur à la contradiction. Elle désirait un changement. Significatif ou minime, peur lui importait, elle voulait juste briser les habitudes soit disant pieuses de sa famille. A quoi rimait-il de se voiler la face ? Chacun savait que tous ces petits bourgeois, rougeauds et bien en chair, ne s’entassaient aux pieds des crucifix que parce qu’il était bien vu de prier avec ferveur. L’orgueil et la fierté de Norah étaient sévèrement opprimés dans ces réunions sectaires et inutiles. Norah croyait en Dieu plus par habitude que par réel choix et se mêler à la peuplade puante et hypocrite des bien-pensants d’Angleterre lui déplaisait au plus haut point. Elle pouvait parfaitement prier seule, si cela lui chantait et n’avait aucunement besoin de s’entasser au bas de la chair, des dizaines d’yeux pas le moins du monde amicaux posés sur elle et sa famille.
Norah avait l’habitude qu’on la regarde, ce n’était absolument pas cela qui la dérangeait. Mais elle était comme cela. Trop gâtée, trop habituée à décider, trop changeante. Son caprice du jour était de s’exempter de messe et elle ne ferait aucun effort. Elle avait appris de son père que personne ne commandait les Richardson et elle mettait à profit son éducation.
Pour ce qui était de son père, elle savait qu’il serait hors de lui. Mais il était un homme bien trop respectable pour crier et s’énerver. Elle n’avait pas peur. Pas du tout.
Elle s’était donc levée et apprêtée mais ne s’était pas dirigée vers l’église, mais bien vers Charing Cross. Elle aimait à passer du temps dans ces rues souvent peuplées et animées. Chacun sait que l’ennui est la bête noire des ladies. Et, pour une fois, Norah n’échappait pas à la règle. Son plus grand souhait était de se divertir. Etre constamment dans l’amusement et la lumière.
Comme à son habitude, la jeune blonde affichait cet étrange sourire faux et dédaigneux qui ne la quittait jamais dès lors qu’elle passait le majestueux pas de sa porte, lorsqu’elle posa son élégant arrière train sur l’un des jolis tabourets du café qu’elle avait l’habitude de fréquenter. Les apparences, n’est-ce pas ? Belle et toujours heureuse, c’était ce que Norah s’acharnait à faire paraître. Et elle y parvenait à merveille. Personne ne savait ce que pensait Norah. Fort heureusement, d’ailleurs.
Norah ne buvait ni café ni thé. Juste de l’eau chaude et du citron avec un peu de sucre. Elle sirotait tranquillement cette habituelle décoction lorsqu’un mouvement et des paroles, à ses côtés attirèrent son attention. Une jeune femme, à sa droite, se retrouvait, par la maladresse d’une serveuse incompétente, tâchée de moka.

- Comme quoi, ces incidents n’arrivent pas qu’aux autres.

Glissa-t-elle en riant à l’intention de la jolie brune.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
un café aromatisé à la vanille; free
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ray LaMontagne/Greg Leisz, 23 septembre, Café de la Danse
» Greg slap et ian siegal au one way café
» Emzel Café (ex Les Alcoolytes)
» FREE RADIO - HEARTLAND COUNTRY - (Slide)
» Salade d'ananas à la vanille

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
bαroque ♣ :: RP terminés-
Sauter vers: