AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 minuit et quelques cailloux; suzy

Aller en bas 
AuteurMessage
marley iseult baxter
ADMINETTEembras(s)e-moi
avatar


relations&co..
you are the game`s master ..:

MessageSujet: minuit et quelques cailloux; suzy   Ven 3 Juil - 17:35

    Il était un peu plus que minuit et la pénombre n'était qu'incomplète. On décelait facilement un léger filet de lumière portant sur l'hôtel particulier des Reynolds, un bâtiment large et recouvert de nombreuses lianes toutes aussi épaisses. On aurait pu croire qu'il avait été construit il y a quelques siècles de cela mais Sybelle n'en avait pas le moindre souvenir. Elle ne s'était jamais attardée sur l'architecture locale ni sur ce quartier extrêmement riche. Les fenêtres étaient larges et toutes recouvertes d'un rideau en velours rouge afin qu'aucun visiteur nocturne ne puisse entrer par effraction à l'intérieur de la maison richissime de la famille londonienne. Sybelle n'était jamais entrée dans cet hôtel mais elle imaginait déjà les murs lambrissés, une moquette de couleur bordeaux recouvrant habilement le sol, des bougies parfumées aux flammes vacillantes n'éclairant que très peu le plafond peint de blanc afin de donner une de ces allures romantiques. Elle imaginait le mobilier aussi aisé soit-il que pouvait contenir cette maison au profil français. La courtisane, ses cheveux auburn coiffés en un grossier chignon qui laissait paraître qu'elle n'appartenait pas au rang des ladies, se sentit honteuse en pensant à la petite grange en bois dans laquelle elle vivait et qui menaçait de s'effondrer chaque minute. Son esprit vagabond ne cessait de se poser sur le petit fenestron qui portait sur la chambre de miss Suzy. Sa peau de porcelaine semblait comme translucide. Elle se plaça au-dessous de la chambre royale de la lady et se baissa afin de ramasser quelques minuscules pierres aiguisées. Elle les mélangea rapidement dans sa main et en un geste rapide mais sec, elle jeta ces quelques cailloux en direction de la vitre qui séparait la terrasse de la chambre de Suzy Caliopee Reynolds. Un léger claquement se fit ressentir - ni trop léger afin que la lady entende mais ni trop lourd afin qu'aucune autre personne ne l'entende. Quelques secondes après, la belle courtisane entendit un crissement et aperçut la fine silhouette de Suzy derrière les carreaux engraissés de la fenêtre. Un sourire se dessina sur son visage pâle et elle plaça son index devant ses lèvres sèches en signe de silence. La silhouette familière de la lady disparut puis après quelques secondes, Sybelle s'approcha discrètement de la lourde porte en chêne et Suzy la tira afin de sortir de son hôtel particulier. Les deux jeunes femmes étaient à quelques centimètres l'une de l'autre et elles se prirent par la main avant de disparaître derrière la façade du bâtiment, à l'abri de tout regard et de toute indiscrétion aussi éventuels soient-ils. Un lourd silence s'installa mais il survenait si souvent que les deux amies n'étaient plus dérangées par cela. Bien au contraire. La lady aux boucles blondes sortit un paquet de cigarettes aromatisées à la menthe, en proposa une à Sybelle et les deux jeunes filles en portèrent une à leur bouche, admirant ainsi le vaste jardin qui appartenait à la lady.

      - J'ai fait de mon mieux pour être discrète. Y a - t - il quelqu'un à l'intérieur de votre charmante maison, miss Suzy ? chuchota Sybelle en faisant attention à ne pas parler trop fort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
violet ivory hemingway
✿ la princesse des glaces

avatar


relations&co..
you are the game`s master ..:

MessageSujet: Re: minuit et quelques cailloux; suzy   Sam 4 Juil - 18:28


« la nuit, on imagine ce qu'on désire et tout paraît possible. au grand jour, l'imagination pâlit. la nuit, on voit des choses inexistantes et on y croit. » - robert choquette
Mrs Reynolds était connue, entre autres choses, pour ses diners traditionnels, mêlant respect des règles de convenances et ennui mortel. Ce que l'on savait moins, toute fois, c'était qu'elle infligeait ce rituel ridiculement ennuyeux à sa famille chaque jour qui passait. Et le diner de ce soir là n'échappant pas à la règle, Suzy dut se faire violence pour ne pas céder aux vertus soporifiques de ce dernier en s'endormant dans sa soupe. D'autant qu'elle n'irait certainement pas se coucher de si tôt. En effet, la jeune lady avait, dans la matinée, reçu un billet signé de la main de son amie Sybelle Ivanov. Le dit billet invitant justement Suzy à une petite partie de fumette dans son jardin ce soir là. Exactement le genre de petit remontant dont elle avait besoin. Ainsi Suzy monta elle directement dans sa chambre après le repas, osant même refuser de faire la lecture à sa tante Pearl - tâche qu'elle acceptait d'ordinaire sans jamais broncher - et promettant de lui narrer deux chapitres entiers le lendemain pour se faire pardonner. Aussi, quand sur les coups de onze heures, l'amiral Reynolds vint embrasser sa progéniture, Suzy fit mine de dormir pour ne point éveiller de soupçons. Elle avait toujours eu horreur de mentir à son père. Mais la fin de la semaine approchant, toute la famille se rendrait bientôt à l'église, où Suzy pourrait se faire pardonner. Ou pas. Peu importait. Elle n'était même pas tout à fait certaine de croire en Dieu. Et si tant est qu'il eut véritablement existé, la jeune lady ne le considérait pas comme un homme juste, en arrivant à l'aimable conclusion qu'il ne lui arriverait probablement rien tant qu'elle serait jeune, riche et jolie.

Le son des cailloux et du verre qui s'entrechoquent vinrent soudain tirer Suzy de sa rêverie. Dans sa tentative d'éconduire son paternel, la jeune fille s'était assoupie une minute. Ou peut être deux. sachant son amie Sybelle plutôt impatiente, elle se leva d'un bond, prenant toute fois garde à ne pas alarmer sa cousine diabolique qui dormait dans la chambre à côté. Elle se dirigea vers la fenêtre, et un sourire heureux s'étira sur son visage de porcelaine. Sybelle était là, elle l'attendait, les yeux pétillants de malice. Suzy lui fit mine de se taire, puis disparut dans sa chambre. Elle s'accroupit, plongea les mains sous son armoire, priant pour ne pas croiser la route d'une quelconque bestiole à mille pattes, et en extirpa une boite d'allumettes ainsi qu'un paquet presque vide de cigarettes aromatisées à la menthe verte. Des cigarettes de filles, l'aurait certainement taquiné l'irrésistible Blaise Lefèvre s'il avait été là. Enfin, la jeune fille se dressa de tout son mètre soixante six et se faufila dans le couloir, tel un fantôme dans sa chemise de nuit blanche à demi transparente. Suzy décida d'emprunter l'escalier des domestiques, menant jusqu'à la cuisine en contrebas du salon. De là, elle pouvait mieux apercevoir sa tante qui, comme à son habitude, s'était endormie dans le fauteuil à oreilles jaune et blanc du petit salon, et ainsi se glisser jusqu'à l'entrée sans risquer d'être remarquée. S'en suivit une véritable course contre la montre, guidant Suzy des cuisines jusqu'à la porte d'entrée. Et quand enfin elle fut sortie, la jeune fille se trouva si près de Sybelle que c'en était presque troublant. Alors, elle prit son amie par la main et la tira jusqu'au jardin situé derrière l'hôtel particulier familial. Là, enfin, elle pouvait respirer. Suzy se laissa tomber sur l'herbe fraiche, sa chemise de nuit formant une sorte d'auréole autour de son corps frêle. Elle lançât une cigarette à Sybelle, restée de bout, et s'en alluma une. Elle inspira profondément, appréciant l'arrière goût acidulé de la menthe glisser dans sa gorge. Et ce n'était pas tant le fait même de fumer, de s'empoisonner même, qui excitait terriblement la lady, mais plutôt la sensation que cela lui donnait. Comme si celle-ci avait été l'héroïne, intrépide aventurière, de l'un de ses romans préférés. Et l'idée que quelqu'un puisse la découvrir, assise là, une cigarette coincée entre ses lèvres rosées, en compagnie d'une courtisane. Sa maternelle en mourrait certainement de honte, mais tant pis. Car c'était à cela que menait une éducation trop rigide; le désir de liberté. Et Suzy Caliopee Reynolds était désormais un bel oiseau désireux de voler en compagnie d'aigles bien plus fougueux que ne l'étaient ses propres pairs.
s y b e l l e - j'ai fait de mon mieux pour être discrète. y a - t - il quelqu'un à l'intérieur de votre charmante maison, miss Suzy ?
s u z y - la dynastie reynolds au grand complet, hélas. il semblerait que ma mère soit restée coincée au beau milieu du seizième siècles. et vous, sybelle, je n'ai pas l'honneur de connaitre votre demeure. mais peut être me ferez vous visiter, un beau jour ? du moins je l'espère.je vous offre mes cigarettes.... et l'honneur de ma compagnie, cela va de soit.
Suzy ne put réprimer un éclat de rire. Il était si agréable de pouvoir enfin faire preuve de cynisme, quand elle avait passé la journée à remercier les louanges d'une bande de ladies hypocrites qu'elle était censée nommer ses amies.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marley iseult baxter
ADMINETTEembras(s)e-moi
avatar


relations&co..
you are the game`s master ..:

MessageSujet: Re: minuit et quelques cailloux; suzy   Sam 4 Juil - 19:02

    Suzy laissa échapper un fou rire tandis que la courtisane gloussa intérieurement, afin de cacher sa gêne. La lady ne viendrait sûrement pas dans sa grange. Ce n'était pas plus intéressant qu'un tas de pierres. Puis, Sybelle avait honte. Elle se sentait honteuse de visiter son amie alors que celle-ci ne pouvait même pas la visiter car elle habitait dans une grange emplie de chevaux et de moutons affamés. Elle avait peur que leur amitié ne fut brisée à cause de ce petit détail. Elle savait que Suzy faisait consciemment partie des ladies n'ayant rien contre les courtisanes ; les ladies ayant ce besoin de diversifier leurs relations et leurs fréquentations. Sybelle inspira la fumée du tabac par son nez qu'elle fronça avec précaution. Quelques taches de rousseur par ci par là étaient déposées sur ses joues rosies par le déplacement rapide qu'avait entretenu la courtisane afin de venir jusqu'à l'hôtel particulier des Reynolds. Elle imagina la famille Reynolds au complet à l'intérieur de la bâtisse, dormant à poings fermés, sur de grands lits aux aspects royaux, couverts de draps à motifs de fleurs de lys. Suzy respira la fumée, scrutant la pénombre qui s'installait doucement dans sa propriété. Elle posa son regard sur les épaules nues de la courtisane et haussa instinctivement les sourcils, comme étonnée de la tenue vestimentaire et de l'allure osée que prenait la robe épaisse en lin que portait Sybelle.

      - J'aime votre robe. Je n'oserai jamais en porter une de telle envergure, ma famille m'en réprimanderait certainement, vous le devinez, hélas. Quand pourrais - je visiter votre propriété ? s'exclama-t-elle mêlant diverses intonations.

    Sybelle haussa les épaules et posa sa tête lentement sur la pelouse verdoyante du petit pré des Reynolds. Quelques pâquerettes poussaient et la jeune femme déchira la tige d'un simple geste ferme. Elle retira chacune des pétales comme si un sort allait s'en jeter. Suzy jeta un regard doux et empli de compréhension à la courtisane. Elle ne pouvait comprendre ce que ressentait Sybelle, ce que ressentait une véritable courtisane mais d'après ce fameux regard, c'était tout comme. Ses boucles blondes parfaitement bien coiffées rebondissaient sur ses épaules couvertes d'une longue chemise de nuit bleu marine. Celle-ci se confondait pleinement avec la pénombre qui était à présent présente à l'extérieur. Le demi-quartier de lune laissait transcrire quelque lumière suffisante à ce que les deux jeunes femmes puissent se voir sans aucun souci. Quelques secondes passèrent et Suzy ressentit une faible ombre derrière une fenêtre de la bâtisse. D'instinct, elle saisit la main de son amie et courut se cacher derrière un buisson. L'ombre se dégagea mais elle perçut aussitôt une silhouette qui lui était familière, se penchant sur le balcon, à l'aide de la rambarde.

_________________
[list]

TAKE A BREATH, TAKE IT DEEP CALM YOURSFEL, HE SAYS TO ME IF U PLAY, U PLAY FOR KEEPS TAKE A GUN, AND COUNT TO THREE I'M SWEATING NOW, MOVING SLOW RUSSIAN ROULETTERIHANNA
[/list:u]


Dernière édition par sybelle cloe ivanov le Lun 6 Juil - 19:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
violet ivory hemingway
✿ la princesse des glaces

avatar


relations&co..
you are the game`s master ..:

MessageSujet: Re: minuit et quelques cailloux; suzy   Dim 5 Juil - 16:25

Elle était là, juste devant elle, comme une ombre. Sorte de fantôme, ravageant tout sur son passage. Sa cousine diabolique. Et elle semblait s'être donnée à tâche de gâcher le moindre instant de bonheur et de lucidité de Suzy. Encore et toujours. Elixir n'était elle donc née que pour cela ? Réduire à néant le sourire de sa cousine, certainement, était pour elle un plaisir tout particulier. En effet, on disait depuis longtemps d'Elixir Calypso Reynolds qu'elle était inquiétante. Trop attentive aux moindres mouvements de ses semblables. Trop manipulatrice. Trop intelligente aussi, peut être. Et ça n'aurait pas été si gênant si elle n'avait pas utilisée ce don de la nature pour faire le mal. Suzy était d'avis que l'on aurait du la chasser de la demeure familiale depuis bien longtemps, si tant est que ce fut possible. L'amiral Reynolds était un homme de parole. Ne pas tenir les promesses faites à feu son frère, aussi détesté fut il, aurait été pour lui le comble du déshonneur. Aussi fallait il supporter les frasques de la jeune Elixir. Et cela continuerait certainement jusqu'au mariage de cette dernière. Événement qui, selon Suzy, tarderait à voir le jour, tant sa cousine se montrait volage et insouciante.
s y b e l l e - qui est-ce, miss suzy ? j'éspère qu'il ne s'agit pas de l'un de vos parents...
s u z y - oh non, sybelle, c'est bien pire encore que s'il s'agissait de l'un de mes deux parents. c'est ma cousine diabolique, elixir calypso. et j'imagine qu'elle prendrait un malin plaisir à me faire chanter si elle savait comment je passe mes nuits... et en quelle compagnie. non que l'idée de fumer en compagnie d'une courtisane ne puisse lui déplaire. elle serait peut être même impressionnée, si je puis dire. mais elle se ferait un plaisir de révéler notre petit secret à mes géniteurs... et vous pouvez être certaine, chère sybelle, que leur réaction serait tout à fait différente. il m'enverrait certainement croupir dans le new hamphire, s'ils apprenaient la vérité.
s y b e l l e - et est-ce si terrible que cela, le new hamphire ?
s u z y - vous n'avez même pas idée. jamais de ma vie je n'ai visité endroit plus ennuyeux. la population y est si peu diversifiée ! je serais certainement obligée de me faire de nouveaux amis parmi les bê... attention !
e l i x i r - il y a quelqu'un ? mr. toringhton, est-ce que c'est vous ?
Suzy, sautant à plas ventre contre l'herbe fraiche, entraina Sybelle dans sa chute plus ou moins contrôlée. Les propos d'Elixir l'avait coupé dans ses lamentations, mais sa cousine diabolique ne semblait pas les avoir entendue. De là où elles se trouvaient, Suzy pouvait à peine apercevoir le corps frêle d'Elixir, à travers les branches et les feuilles du buisson joliment taillé. Au moment où cette dernière se décidait finalement a rebroussé chemin et a retourné se blottir dans ses draps de satin, Sybelle fut prise d'un fou rire incontrôlé. Et visiblement incontrôlable. Suzy donna un violent coup de coude dans les côtes de la courtisane, mais le rire de celle ci n'en fut que plus intense encore. Tant et si bien que Suzy se demanda presque si ses cigarettes ne contenaient que du tabac et des arômes de menthe. Elixir revint alors sur ses pas, et, se penchant sur la rambarde de son balcon, parcourut le jardin de son regard persan et impénétrable. Suzy ferma les yeux, priant pour ne pas être repérée et tachant tant bien que mal de se persuader que le New Hamphire, ce n'était peut être pas si mal que ça....

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marley iseult baxter
ADMINETTEembras(s)e-moi
avatar


relations&co..
you are the game`s master ..:

MessageSujet: Re: minuit et quelques cailloux; suzy   Lun 6 Juil - 19:13

    Sybelle ne pouvait contrôler ses éclats de rire. Elle appréciait la situation dans laquelle elle et Suzy se trouvaient tandis que la lady bougeait les buissons voisins afin d'étouffer les fous rires de son amie. La dite elixir calypso resta clouée au sol, tenant fermement la rambarde. Grâce à la nuit noire dans le jardin des Reynolds, son visage et ses traits fermes ne pouvaient être très bien observés. Réciproquement, les deux intrus ne pouvaient être vues concrètement par la cousine diabolique, à l'affût de chaque geste qui les trahirait. Sybelle se calma, plongeant son visage ainsi que sa longue chevelure auburn dans la pelouse parsemée de fleurs. Quelques minutes passèrent sans qu'aucun bruit ne puisse être entendu de la part d'elixir. Puis celle - ci se détacha du balcon où elle se tenait depuis quelques instants qui avaient été ressentis comme une éternité pour Suzy et regagna la bâtisse, propriété privée de la dynastie des Reynolds, au - delà de toute espérance. Ainsi, Sybelle releva son visage et ses yeux marrons fixèrent le bâtiment pendant un moment afin d'être certaine qu'elle était réellement bien partie.

    « — Pardonnez mon vocabulaire mais le moins que l'on puisse dire, c'est que l'on a eu chaud » rit la courtisane, scrutant la mine inquiète de son amie, toujours cachée à l'intérieur des buissons magnifiquement bien taillés.

    Celle - ci gloussa à son tour et se releva, la cigarette toujours entre les doigts. Elle inspira la fumée, tentant de regagner la quiétude et l'aise qu'elle avait ressenti une dizaine de minutes auparavant et tendit un vulgaire paquet d'allumettes, sans doute emprunté aux fourneaux de la propriété. Elle n'avait sans doute pas réussi à obtenir un briquet en paraissant discrète et s'était contentée d'un paquet d'allumettes. Sybelle le saisit, porta une seconde cigarette à ses lèvres charnues et l'alluma, en vain. La belle n'avait pas l'habitude de se servir d'allumettes - qu'elle utilisait très souvent pour la cuisine et non pour la partie de fumette à laquelle elle s'apprêtait chaque soir - pour allumer ses cigarettes. Même elle possédait un briquet qu'elle avait volé à son mari, Santino.

    « — Pourrais - je donc vous rendre visite, un soir ? Nous serions sûrement plus tranquilles qu'à l'intérieur de mon jardin - surtout en présence d'elixir, ma cousine diabolique. » articula Suzy tandis qu'elle poussait un long soupir chagriné au nom de sa cousine.

_________________
[list]

TAKE A BREATH, TAKE IT DEEP CALM YOURSFEL, HE SAYS TO ME IF U PLAY, U PLAY FOR KEEPS TAKE A GUN, AND COUNT TO THREE I'M SWEATING NOW, MOVING SLOW RUSSIAN ROULETTERIHANNA
[/list:u]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
violet ivory hemingway
✿ la princesse des glaces

avatar


relations&co..
you are the game`s master ..:

MessageSujet: Re: minuit et quelques cailloux; suzy   Sam 12 Sep - 19:02

Le visage de Suzy se figea, en attente d'une réponse. Et, comme Sybelle ne disait rien, elle comprit qu'elle pourrait bien patienter indéfiniment. Elle n'était pas la bienvenue. Pendant un instant, Suzy avait semblait il oublié la condition de son amie - si elle pouvait qualifier Sybelle ainsi. Sybelle était une courtisane. Suzy, une lady. Et, bien qu'elles fassent toutes deux mines de l'ignorer, Suzy savait que rien ne serait jamais naturel entre les deux jeunes filles. Ce n'était pas dans l'ordre des choses. Et, si Suzy aurait du dormir profondément dans ses draps de satin, Sybelle était censée se donner à quelque dandy d'âge mûr ce soir là. C'était une différence qu'elles ne pouvaient renier. Et ce même si la courtisane était, à ce que racontait le tout Londres, la fiancée d'un dandy fort convoité. Oublier. Voilà ce qu'elles devaient faire.

Suzy écrasa sa cigarette sur l'herbe fraiche, se fichant pas mal de laisser des mégots dans le beau jardin de sa génitrice, ou même d'y mettre le feu. Elle se dressa sur son mettre soixante dix et remit une mèche de cheveux rebelle en place derrière son oreille. Oublier, oublier, oublier.
s u z y - oh, ne vous en faites pas, sybelle. je ne vous importunerais plus à l'avenir. vous avez très claire sur vos positions, je tâcherais de l'être tout autant sur les miennes. maintenant, si vous voulez bien, je rentre me coucher. vous pouvez rester ici.
Elle tourna les talons, se mordant l'intérieur de la joue pour ne pas fondre en larmes. C'est qu'elle n'avait jamais eu beaucoup d'amis. Ezechiel. Blaise. Penny. Les autres n'étaient que des hypocrites notoires et intéressés. Elle avait cru Sybelle différente, elle était décidément bien naïve. Car il était plus que clair que la courtisane ne voulait pas la laisser entrer dans sa vie. A quoi bon ? Le contraire était bien plus enrichissant. Manipulée. Trompée. Blessée. Encore une fois.
s u z y - je vous remercie pour tout, sybelle. bonne nuit. j'éspère pour vous que ma compagnie vous aura apporter ce que vous désiriez en m'abordant lors du bal de monsi...
Suzy ne put terminer sa phrase. Deux bras maigres et doux étaient déjà enroulés autour de ses épaules frêles de petite fille bien trop naïve.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marley iseult baxter
ADMINETTEembras(s)e-moi
avatar


relations&co..
you are the game`s master ..:

MessageSujet: Re: minuit et quelques cailloux; suzy   Sam 19 Sep - 19:58

Suzy arbora une moue intempestive, clignant des yeux plus qu'il n'en aurait fallu. Son visage de porcelaine paraissait enfantin et son large sourire habituel avait disparu. Seule lumière au cœur de la nuit, ses prunelles bleu océan scintillaient. Leurs parfums se mêlaient, résultant alors un mélange de tabac et de mûre. Elle savait pertinemment que visiter son amie était une peine perdue. Allongée sur l'herbe verdoyante du jardin des reynolds, Sybelle se pencha, traînant ainsi sa robe écarlate, dorénavant déchirée. Elle se sentait libre, comme si elle n'était qu'à l'intérieur d'un rêve et non dans la réalité. Qu'elle allait se réveiller dans quelques minutes. Elle ne souhaitait pas se réveiller. Elle ouvrit délicatement les yeux, admirant le ciel étoilé sans prendre conscience que son hôtesse se levait d'un pas maladroit, écrasant son mégot sur le sol. Elle fut surprise par le ton ferme et suppliant de sa dite amie : « oh, ne vous en faites pas, sybelle. je ne vous importunerais plus à l'avenir. vous avez été très claire sur vos positions, je tâcherais de l'être tout autant sur les miennes. maintenant, si vous voulez bien, je rentre me coucher. vous pouvez rester ici. » Sybelle fronça les sourcils. Elle ne comprenait pas ce que suzy venait de lui avouer, de but en blanc. Elle savait que ce n'était pas bon signe. Habituellement, elles restaient toutes deux assises contre la façade de la bâtisse jusqu'à l'aube, avant que suzy ne regagne ses appartements mais cette fois-ci, quelque chose avait échappé à la courtisane et cela avait sans doute contrarié miss reynolds. La lady tourna les talons, sans jeter le moindre regard en direction de son amie – ou son ancienne amie, désormais ? - qui se releva également. « je vous remercie pour tout, sybelle. bonne nuit. j'espère pour vous que ma compagnie vous aura apporter ce que vous désiriez en m'abordant lors du bal de monsi... » rétorqua-t-elle, tandis qu'elle s'engageait d'un pas effréné vers l'hôtel particulier. Avant même de réaliser ses paroles, sybelle couvrit son amie de son étreinte et la coucha sur le sol, d'une force étonnante. Elle en rit, même, tandis que suzy marmonnait quelques mots incompréhensibles, essuyant sa chemise de nuit, à présent boueuse. Un léger sourire apparaissait aux commissures de ses lèvres, mais força son visage à afficher une mine agacée. Ses cheveux blonds étaient emmêlés et elle passa ses doigts à l'intérieur pour en extraire quelques bouts de terre. La tête baissée, elle haussa le regard avant de le garder rivé sur le sol, sans jamais croiser celui de son amie. Puis elle s'assit en tailleur, face à sybelle qui, elle, poussait un long soupir, le regard tapissé de velours. Elle ne savait pas quoi dire, appréhendant sa réaction. « j'ignore ce dont vous parlez. J'ignore même quoi vous répondre. Vous êtes bien compliquée, miss suzy. » dit-elle pour simple réponse. C'était exactement ce que pensait la jeune femme et elle n'avait pas peur de le lui avouer. Son principal défaut était la franchise, on le lui répétait souvent. Mais, pour elle, ce n'était qu'une qualité supplémentaire. Ce qui n'était pas l'avis de tout le monde, évidemment. Ses lèvres se fendirent en un sourire et elle saisit la main de suzy, qui, elle, se défendit mais en vain. Elle ne savait pas comment s'y prendre pour regagner sa confiance. À vrai dire, elle n'avait jamais été très forte pour les amitiés sincères. On l'avait toujours trompée. Et elle était bien trop compétitive pour avoir une véritable amie dont le statut était celui de courtisane. Elle n'était même pas faite pour les relations amoureuses, la preuve : sa relation avec santino n'était pas des plus fidèles. Mais suzy était différente des autres ladies, drapées de soie. Elle était bien moins égocentrique. Elle avait l'âme charitable et aimait dépasser ses propres limites. Les minutes passèrent, sans qu'aucune des deux amies ne prononcent un seul mot. Elles se dévisageaient, sybelle, résistant à la folle envie de glousser. Suzy tripotait sans cesse ses bijoux. Elle se décida enfin à parler. « je pourrais également en dire de même pour vous, sybelle. Vous profitez de moi, n'est-ce pas ? Vous ne voulez pas que je visite votre très chère grange, le plus bel objet, vous appartenant. Vous savez pourtant bien que je ne me permettrai jamais de vous juger. »


N.B ; ouah comme c'est nul. mais j'avais pas envie de te faire patienter davantage et je voulais avancer dans mes rps, avant le bal mais c'est vraiment d'une médiocrité sans pareille. navrée.

_________________
[list]

TAKE A BREATH, TAKE IT DEEP CALM YOURSFEL, HE SAYS TO ME IF U PLAY, U PLAY FOR KEEPS TAKE A GUN, AND COUNT TO THREE I'M SWEATING NOW, MOVING SLOW RUSSIAN ROULETTERIHANNA
[/list:u]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: minuit et quelques cailloux; suzy   

Revenir en haut Aller en bas
 
minuit et quelques cailloux; suzy
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Suzy & Los Quattro + Les Rivals jeudi 28 mai
» Quelques photos de mes scoots
» Petite Musique - Les Cailloux
» Quelques photos de Kjerag et de Lysefjord (Norvège)
» Quelques Dj Jumpstyle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
bαroque ♣ :: RP terminés-
Sauter vers: