AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 investigations et commérages {suzy.

Aller en bas 
AuteurMessage
maxence allan milhaud

avatar


relations&co..
you are the game`s master ..:

MessageSujet: investigations et commérages {suzy.   Mer 16 Sep - 21:41

    C'était une journée qui promettait d'être magnifique. A cette heure déjà bien avancée de la matinée, il était facile de pouvoir l'assurer. Un dôme de nuage couvrait amoureusement Londres mais n'empêchait pas quelques éclaircies de se faufiler. Ainsi, de nombreuses bâtisses absorbaient les rayons de lumière pour les projeter sur les passants un peu plus bas. Maxence trouvait que c'était beau à voir, et même que ça donnait envie de faire partie de ses piétons déchainés. Rares étaient ceux qui prenait plaisir à participer à ce type de spectacle.
    Maxence posa une jolie tasse en porcelaine sur le premier meuble à portée de sa main -un buffet ignoble qui était gracieusement prêté par le propriétaire- sans prendre le soin d'aller chercher une coupelle. Son café était froid, et de toute façon il n'avait plus l'intention de l'entamer.

    « Iphigénie, inutile de préparer le déjeuner, je vais sortir. » lança t-il à l'adresse de sa femme de chambre qui sortait des casseroles. La femme se stoppa dans ce qu'elle s'apprêtait à faire et bougonna avant de s'asseoir, les bras ballants. Iphigénie était une brave femme, qui plus est, elle avait l'habitude de l'humeur changeante du jeune homme. Aujourd'hui, c'était samedi. Elle devait supporter une fois de plus cette mascarade qui tenait du rituel.
    Maxence se changea rapidement, enfila un pantalon, une chemise et une redingote qui venait d'être lavées et se dirigea vers sa porte d'entrée. Un éternel sourire s'était accroché à son visage, et tandis qu'il posa une main sur la poignée, il saisit à la volée une pochette qui l'attendait sur une petite table.

    La démarche maladroite, ses pieds n'avaient qu'une direction imposée : Hyde Park. Ce n'était pas vraiment la porte à coté, mais rien de mieux que l'air frais pour revigorer des poumons emprisonnés par quatre murs. Quelques personnes se retournèrent à son passage, murmurant qu'il avait l'air dans pauvre garçon démuni. Il n'y prêta guère attention, bien qu'il remarqua son manque de sérieux : pas de haut de forme, boutons mal enfilés et chaussures qui devenaient la preuve flagrante de ses nuits de débauche dans des impasses boueuses. Maxence ne dégonfla pas pour autant son torse, la nuque bien droite et un sourire ineffaçable.
    Arrivé dans le célèbre parc, il admira un instant les grands espaces verts et se fit bousculer par un enfant qui pourchassait un jeune écureuil. Cet endroit lui apparaissait vraiment unique. La douceur d'une brise de fin d'été, les feuilles en automne, la sereine tranquillité confondue avec l'agitation des enfants ou encore des jeunes couples. Un concentré de choses agréables à entendre et à voir.
    Sa main gauche se crispa sur la pochette qu'elle tenait. Le vieux cuir terni renfermait quelques feuillets gribouillés, feuilles volantes et quelques articles de journaux parisiens. Les femmes avaient des journaux intimes, lui, c'était plutôt des brouillons intimes. Bien que le mot ne fut pas réellement approprié. D'un pas cette fois plus ferme, le jeune homme se dirigea vers un banc public, banal d'aspect, et s'y assit brusquement. Dans une position d'abord peu convenable, il scruta les quelques personnes alentours d'un regard en biais et détendit tous les muscles de son corps. C'était son banc, d'une certaine manière. Car chaque samedi, il venait au parc avec ses papiers et s'asseyait précisément sur ce banc. Au début, c'était pas pur coïncidence mais avec le temps, cette attitude était devenu habitude. Et si par malheur, la place était prise à ce moment précis, il faisait tout pour importuner les occupants et les pousser à quitter le banc, ou dans le pire des cas il attendait sagement -et poliment- que ces perturbateurs trouvent mieux à faire que de rester assis bêtement.
    Dés qu'il fut bien installé, Maxence posa sa pochette en cuir à ses cotés et en tira quelques feuilles. Il entendit finalement plusieurs tintement qui venait d'une horlogerie à quelques pas du parc. Midi tapante, il n'y avait plus qu'a attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
investigations et commérages {suzy.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Suzy & Los Quattro + Les Rivals jeudi 28 mai
» Pose de la plaque commémorative de Gino Bordin le 15/09/2012
» Suzy Delair
» Miss A
» Repérages des leitmotivs dans Elektra

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
bαroque ♣ :: RP terminés-
Sauter vers: