AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Heaven Can Wait ▬ ruthy

Aller en bas 
AuteurMessage
Heathcliff Tom Winewright
    « heathcliff is a deluxe edition »

avatar


relations&co..
you are the game`s master ..:

MessageSujet: Heaven Can Wait ▬ ruthy   Mar 24 Nov - 0:14








    © WONDERGIRL





    Heathcliff ferma la porte de la voiture, salua d'un signe de la main sa mère et son père se trouvant à l'intérieur, puis regarda longuement l'attelage partir. Enfin, quand il disparut de l'horizon, le dandy retourna dans le manoir des Winewright, en soupirant. Ses parents venaient de partir pour Podmoklovo, en Russie, où se trouvait la famille de Cassandre, mère de Heathcliff. Celui-ci restait à Londres, il avait encore quelques petites affaires à régler, ensuite, il s'en irait à son tour pour un séjour dans la demeure familiale en Russie. Il s'en irait pour se réfugier pendant quelques temps dans les bras chaleureux de sa cousine, qui le soutenait toujours, qui savait depuis longtemps qui il était réellement, ce qu'il y avait au fin fond de son cœur en pierre couleur or. Elle savait qu'il devenait de plus en plus vulnérable depuis le départ de Ruthy. Mais elle ne connaissait pas la vérité. Elle ignorait que ce n'était pas la mort de Ruthy qui le rendait si fragile, si faible, mais l'ignorance. L'ignorance de ne pas du tout savoir où elle se trouvait, de ne pas savoir si elle mangeait à sa faim, de ne pas savoir si elle vivait encore.

    Quatre ans. Cela faisait déjà quatre ans. Heathcliff passa sa main sur son visage, comme pour chasser les yeux bleus de sa sœur qui s'imposaient dans ses pensées. Depuis quelques temps, il ne cessait de rêver d'elle, comme si au fond de lui, il espérait encore plus fort qu'elle revienne. Depuis quelques temps, il semblait être sur le point d'abandonner. Il n'avait reçu aucun signe de sa part. Pas de lettre. Pas de visites secrètes. Il ne continuerait plus à l'attendre. À la chercher désespérément. À rêver de son visage angélique toutes les nuits de l'année. Il n'en avait plus le courage, il n'en avait plus l'énergie. Hah ! Si ses pires ennemis l'avaient vu, comme ils auraient ri ! Heathcliff Tom Winewright, faible ? Quelle bonne blague ! Ils en profiteraient pour le détruire, à petit feu, ou en envoyant un défilé de balles, dont la dernière atteindrait le centre de son cœur, sans le manquer d'un millimètre. Mais il ne pourrait pas leur en vouloir. Il leurs faisait subir la même chose à chacune de leurs rencontres.

    Heathcliff se dirigea vers le salon, puis ouvrit une bouteille de whisky. Il versa le liquide couleur ambre dans un verre, qui reflétait les derniers rayons roux que libérait le Soleil couchant, puis sortit devant le manoir, son gobelet à la main. Le jeune homme avait besoin d'air. Il avait besoin de respirer. Il se sentait étouffer. Sa gorge était nouée, les larmes lui montèrent aux yeux quand il but une première gorgée de la boisson, sous le crépuscule. Il n'y avait plus personne dans les rues, quelque passant parfois qui courait, comme affamé, tout le monde était rentré chez soit ou dans un bar quelconque pour diner. Il était seul, droit et grand, telle une ombre, sur le seuil de son logement, la main dans la poche.

    Une silhouette, au loin, à contre jour, interpela son attention. C'était celle d'une jeune femme, qui marchait doucement, ses pas résonnant longuement dans l'allée. Il pouvait apercevoir quelques reflets blonds, qui étincelaient sous les étincelles finales du jour. Après quelques pas, elle s'arrêta juste devant l'entrée du manoir des Winewright. Il la fixa longuement, les yeux grandissant de plus en plus. Son verre glissa de sa main et se brisa dans un bruit vif sur le sol. Ce fut comme une tempête en lui. Il crut défaillir. Il se précipita vers elle, et la serra. Aussi fort qu'il put. Il sentit l'odeur de ses cheveux blonds, si doux, si soyeux, et qui étaient toujours les mêmes. Il inhalait son arôme comme si il avait été en apnée sous l'eau gelée du Pôle Nord, tout au long de la Nuit Polaire. Il ne tenait plus sur ses jambes, qui tremblaient, comme des feuilles mortes sur le point de se détacher de leur branche. Il n'arrivait pas à y croire. C'était l'alcool. Il ne pouvait pas y croire. C'était un Miracle. C'était elle. C'était Ruthy.





_________________

      donnons un style à la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruthy Ginger Winewright

avatar


MessageSujet: Re: Heaven Can Wait ▬ ruthy   Mer 25 Nov - 17:55

    Le retour était donc planifié. Ruthy était chez elle. Étrangement, cette phrase lui semblait vide de sens. Avait-elle encore un endroit à elle aujourd'hui ? N'était-elle pas simplement sans domicile, se trimbalant de foyer en foyer sans trouver l'endroit de ses rêves ? En réalité elle l'avait déjà trouvé et elle le savait. Cette endroit, c'était sa ville natale. Avec ses habitants parfois trop indiscrets, ses arbres, ses collines, ses maisons à l'allure tantôt modeste, tantôt grandiose. Malgré toutes ces pensées qu'elle avait pu avoir, tout ses doutes, Ruthy savait que quel que soit l'endroit où elle se trouverait, elle ne pourrait trouver mieux qu'ici. C'est pour ça que revoir ces paysages si connus et à la fois si lointain l'emplissait d'un sentiment de bonheur. Elle connaissait encore les moindres recoins, se souvenait de la réverbération du soleil sur les toits des villas. Elle avait grandi ici, elle avait était heureuse fut un temps et elle avait décidé qu'elle y serait heureuse jusqu'à la fin de ses jours.

    Sa valise à la main, Ruthy se dirigea la tête haute vers sa propre maison. Si son visage ne laissait rien paraitre, Ruthy était terrifiée. Elle ne savait pas comment ils régiraient. Ses parents, ses amis, mais surtout son frère. Elle ne lui avait pas donné de nouvelles depuis bien longtemps, préférant vivre sans lui plutôt que de mourir loin de lui. Mais quoi qu'elle en dise, il était toujours avec elle. Elle lui avait écrit de nombreuses lettres qu'elle n'avait finalement jamais eu le courage de poster, elle pensait à lui chaque soir, s'imaginant dans ses bras, submergé par les odeurs familières de son enfance. Elle avait donc peur de la réaction d'Heathcliff. L'avait-il oublié, avait-il refait sa vie avec une jeune femme de bonne famille ? C'était possible, probable même, elle le savait mais n'arrivait pas à l'envisager. S'il la rejetait, s'il décidait de ne pas la voir, s'il avait trop souffert de son absence ... Elle préférait ne pas penser à cette éventualité, ce serait la pire de toutes.

    En tournant au coin de la rue, elle aperçu sa maison. Toujours aussi imposante, accueillante et familière. Il commençait à faire nuit mais elle distingua aisemment ses parents dans la voiture qui s'éloignait dans la direction inverse. Elle n'aurait donc pas l'occasion de les voir. Bonne ou mauvaise chose , elle ne saurait le dire. Elle était trop subjugué par ce qu'elle avait devant ses yeux. Il était là, il avait très peu changé, les cheveux plus courts et quelques centimètres de plus tout au plus. Elle se souvenait de chaque trait, de chaque expression de son visage mais de le voir la subjuguait littéralement. Cette sensation absolue de bonheur, d'être enfin à sa place, d'être vivante. Elle avança tel un automate lorsqu'il pénétra dans la maison. elle marchait lentement, encore sous le choc des retrouvailles qu'elle était seule à avoir faite pour l'instant. et pourtant, elle se sentait tellement bien. Elle ne remarquait pas le soleil se coucher doucement derrière les nuages, le silence qui s'était tout d'un coup installé dans les rues de Londres. Elle ne voyait que lui, que l'incroyable bonheur qu'elle ressentait de le revoir enfin, après trois années d'absence.

    Elle ne prononça pas un mot, quand bien même elle aurait voulu elle n'y serait sans doute pas arrivé. L'émotion était bien trop intense, une larme coula le long de sa joue. Il 'avait vu, il l'avait enfin remarqué. Et il était là, comme avant. Il la serra fort dans ses bras mais elle sentait à peine son étreinte. Elle aurait voulu qu'il la serre encore plus fort, qu'il lui assure qu'ils ne seront plus jamais séparés. Elle avait l'impression de flotter dans un tourbillon d'émotion, oscillant entre le bonheur, la peine au souvenir de ces années de séparation, la peur de savoir ce qu'était devenue sa vie. Mais elle ne dit rien, elle se contenta de poser sa valise au sol et de le serrer, elle aussi dans ses bras. Elle retrouvait enfin cette place sous la nuque de son frère qui semblait avoir été modelé pour elle. Les odeurs l'assaillirent de toute part, ce parfum si envoutant, si captivant. Elle été si bien entre ses bras qu'elle pourrait y rester l'éternité durant. Seulement elle n'avait pas mangé depuis vingt six heures et ces retrouvailles ayant puiser toutes ses forces. Elle sentit sa tête tourner, ses jambes se dérober sous elle et elle perdit connaissance. Elle en comprenait pas vraiment ce qu'il se passait, tout ce qu'elle savait c'est qu'elle pouvait mourir ici, dans ses bras, son petit coin de paradis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heathcliff Tom Winewright
    « heathcliff is a deluxe edition »

avatar


relations&co..
you are the game`s master ..:

MessageSujet: Re: Heaven Can Wait ▬ ruthy   Dim 29 Nov - 17:52

    Ruthy était là, c'était vrai, il ne rêvait pas. Un sentiment d'euphorie l'envahit, un frisson agréable et pourtant, une petite poussière, minuscule, et sombre, s'infiltrait en lui, lui murmurant que le pire restait à venir. Heathcliff enfouissait son visage dans son mince cou, qui avait toujours la même forme – toutefois un peu plus maigre. Elle semblait un peu plus faible, mais à ce moment-là, il se sentit beaucoup plus fragile qu'elle. Quelques larmes glissèrent sur le tissu en soie dont était fait la robe de Ruthy, et s'imprégnèrent dessus. Heathcliff n'avait plus besoin d'espérer. Il n'y aurait plus de nuits emplies de cauchemars. Il n'y aurait plus de bras dans lesquels il s'imaginerait qu'il était avec Ruthy – elle serait là en chair et en os pour ça. Il n'y aurait plus de faux baisers avec des courtisanes. Il n'y aurait plus de regard qui lui rappèleraient amèrement que Ruthy était partie. Il y aurait enfin une main tendue. Une main qu'il accepterait.

    Heathcliff la sentit soudain défaillir. Son cœur bondit soudainement. Était-elle morte ? Non, elle respirait encore, lentement. La mort ne pouvait pas venir gâcher un moment aussi beau. Le bon Dieu était là pour les protéger, et les laisser se retrouver, en paix. Il souleva doucement sa sœur, qui inerte, et entra avec elle dans la maison. Un domestique s'occuperait de la valise posée juste à la grille en argent qui se trouvait devant la maison.
    Heathcliff la entra délicatement dans l'ancienne chambre de Ruthy. Il défit la couverture, posa délicatement la jeune femme dessus, puis la recouvrit doucement. Elle avait l'air d'un ange, les yeux fermés et sa bouche entrouverte. Quelques boucles blondes lui tombaient sur les joues, elle était adorable. Il ne lui manquait plus qu'une paire d'ailes blanches et brillantes, et elle serait parfaite. Heathcliff posa son menton sur le bord du lit, assis sur le sol, et attendit. Un domestique venait de pénétrer avec la valise dans la maison, elle avait certainement aperçu Ruthy. Il ferma les yeux en écoutant les pas du domestique. Elle finirait bien par se réveiller.

    *


    Heathcliff ouvrit doucement les yeux. Il faisait noir, il avait du dormir, très certainement. Il vit alors Ruthy, qui était juste devant lui, et qui le regardait. Elle le fixait, drôlement, et lui souriait. Il lui sourit en retour sincèrement ; cela lui faisait un drôle d'effet, il y avait déjà tellement longtemps qu'il n'avait pas sourit pour de vrai, avec un réel sentiment. Elle était là, scintillante alors que le soleil s'était déjà couché. Elle était là, comme avant, elle n'avait pas changé. Heathcliff ne pouvait cesser de contempler sa sœur, ça faisait tellement longtemps qu'il voulait rattraper tout le temps durant lequel ils ne s'étaient pas vus.

      Il faut croire que finalement, l'élève à dépassé le maître... Tu es tellement cruelle que tu n'as pas pensé à m'envoyer de carte...


    Il posa sa main sur la tête de Ruthy, sachant très bien que cette dernière phrase était totalement idiote. C'était simplement pour dire quelque chose, pour entendre sa voix, pour discuter comme avant.

      Tu m'as manqué...


    Il déposa un baiser sur le front de la jeune femme, se remémorant la dernière fois où ils s'étaient embrassés, avant les premiers rayons du Soleil et hésita à l'embrasser à nouveau ainsi. Oui, bien des choses avaient changé et ça continueraient certainement à changer...

_________________

      donnons un style à la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Heaven Can Wait ▬ ruthy   

Revenir en haut Aller en bas
 
Heaven Can Wait ▬ ruthy
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Règles particulières de la section Heaven can wait
» PUFF DaDDy
» HEAVEN SUCKS RECHERCHE BATTEUR OU BATTEUSE !
» 22 Juin 2009 - Heaven And Hell (Tournefeuille, 31)
» Tears in Heaven

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
bαroque ♣ :: QUARTIERS RESIDENTIELS • :: Mayfair :: Famille Winewright-
Sauter vers: