AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 le lampadaire rouge - santino&daisy

Aller en bas 
AuteurMessage
violet ivory hemingway
✿ la princesse des glaces

avatar


relations&co..
you are the game`s master ..:

MessageSujet: le lampadaire rouge - santino&daisy   Lun 28 Sep - 19:24


« mais j'aimais le goût des larmes retenues, de celles qui semblent tomber des yeux dans le coeur, derrière le masque du visage. » - valery larbaut


Vingt - deux heures. Les danseurs entremêlaient leurs pantoufles de verre au rythme des violons. Les hommes charmaient sans retenue, domestiques et courtisanes, cachées derrière les masques vénitiens gracieusement offerts par la maison. Le ciel noir d'une nuit sans lune embrasait Londres tout entière d'une fureur grandissante. Et tout le monde semblait comme envoûté, ensorcelé, criant à qui voulait bien l'entendre leur mépris pour les règles de bienfaisances. Du plaisir et de l'ivresse à l'état pure, voilà ce que c'était. Le lendemain, lorsque les ladies se rencontreraient au salon de thé, elles feraient mine d'être outrées. Elles feraient mine de ne pas avoir été heureuse de se trouver juste là, ici, maintenant, tout de suite. Elles hausseraient nonchalamment les épaules lorsqu'on leur parlerait d'une certaine Cendrillon, entamant une valse endiablée avec un roi de France. Et elles feraient mine d'avoir oublier qu'elles avaient justement été déguisées en Cendrillon ce soir là. Enfin, demain, la vie normale reprendrait son cours. Toujours plus ennuyeuse. Toujours plus triste. Toujours plus insignifiante. Toujours le même rituel, le même mensonge. Demain...

Suzy vérifia une dernière fois le masque orné de perles qu'elle avait reçu avec son carton d'invitation dans le miroir du salon des dames. Elle imaginait que personne n'avait encore reconnu ses boucles vanilles, son sourire permanent et sa peau laiteuse. Du moins elle l'espérait. Mais n'était - ce pas le but ultime de ce genre de réceptions ? Être n'importe qui. Et pouvoir faire n'importe quoi. Peut être le joyeux dandy parlerait il d'une certaine danseuse étoile dans sa chronique du lendemain, mais qui, excepté sa tendre et adorable famille, la reconnaitrait dans les traits de son déguisement ? Dés lors qu'elle ne disait rien, Suzy pouvait bien faire ce qu'elle voulait. Envoyer valser sans ménagements les dandys qu'elle avait toujours méprisé. Montrer ses genoux et ses cuisses sans pour autant être déshéritée. Boire du champagne et peut être même fumer ailleurs que dans les recoins sombres des vestiaires. Un secret. C'était tout ce dont elle avait besoin. A son grand désarrois, ni Basile ni Ézéchiel ne semblaient être de la fête. Pur dédain de familles bien trop riches et bien trop hautaines pour se mélanger au peuple. Suzy se félicitait de ne pas être de ces gens - là. Penny était là, bien sûr. Mais ce genre de festivité était si rare pour les domestiques et autres classes inférieures qu'elle ne pouvait se résoudre à la déranger. Après tout, la jeune Reynolds aurait bien le temps de bavarder avec sa confidente tout le restant de sa vie.... Suzy sourit à son reflet dans le miroir avant de faire volte face et de foncer vers la porte du salon. Un secret avait beau être excitant, il était bien triste lorsque vous n'aviez personne avec qui le partager.

La grande horloge de la salle de bal, une réplique plus vraie que nature de la grandiose Big Ben, sonna une fois. Suzy accéléra le pas. Elle ne voulait pas être en retard à son rendez - vous galant. Si tant est que c'en fusse un - chose qui, venant des Lancaster, était certainement la solution la plus plausible. Deux. Elle manqua de dévaler les escaliers de marbre qui menaient aux jardins sur les fesses. Grâce à dieu, un homme tout de blanc vêtu lui agrippa le bras. Elle le remercia gracieusement avant de repartir de plus belle, ignorant les recommandations de son sauveur. Trois. Suzy courut en direction du légendaire labyrinthe de l'hôtel Lancaster. Quatre. Elle s'arrêta un instant pour reprendre son souffle et avaler en vitesse un assez grand verre de vin pour lui faire tourner la tête au buffet dressé sur la terrasse. Cinq. Elle reprit sa course effrénée. Six. Elle arriva devant l'entrée principale du labyrinthe. Alors, elle sortit de sous son tutu de danseuse rose pâle son invitation au bal costumé. « Votre surprise vous attendra à vingt deux heures tapante, dans les jardins, près du labyrinthe, sous le lampadaire rouge. » Sept. Elle parcourut le jardin du regard. Vert. Bleu. Jaune. Blanc. Prune. Orange. Noir. Doré. Rose. Les lampadaires de l'arc - en - ciel au grand complet était de la partie. Sauf celui dont il était question sur le carton. Huit. Elle prit une direction au hasard est courut aussi vite qu'elle le put, ne prenant garde à la manière dont elle s'enfonçait dans le labyrinthe. Neuf. Elle abandonna la partie dans un recoin mal éclairé du labyrinthe. Tout autour d'elle ne semblait que fleurs, statues de cuivre et arbustes taillés dans des formes subjectives. Elle leva les yeux vers le ciel, comme pour prier ce Dieu auquel elle ne croyait pas. Et alors, seulement alors, il lui apparut. Dix. Le lampadaire rouge.

Sa surprise pouvait commencer.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
le lampadaire rouge - santino&daisy
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Forum] Nouveau design : rouge
» Théâtre de l'armée rouge
» Rouge à lèvres au collège.
» mon new clip, code rouge- makiavel (revolution urbaine)
» Trad en Fête... La Grange Rouge...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
bαroque ♣ :: RP terminés-
Sauter vers: